En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu INRA

GC HP2E, Grande Culture à Hautes Performances Economique et Environnementale

GIS GC HP2E

Groupement d'Intérêt Scientifique Grande Culture à Hautes Performances Economiques et Environnementales

Etude faisabilité du développement et de la valorisation d'une base de données sur l'évolution des pressions biotiques dans les parcelles agricoles

Parmi les différents enjeux qui se posent à l'agriculture française aujourd'hui, un des principaux défis à relever est de réduire la dépendance structurelle des systèmes de culture à l'utilisation des pesticides tout en gardant des niveaux de production satisfaisants. Par exemple, le Grenelle de l'environnement demande de réduire de 50% l'usage des produits phytosanitaires à une échéance de 10 ans. Cependant, force est de constater qu'il est très difficile de connaître les niveaux de pression des différentes populations de bioagresseurs à l'échelle nationale. Des expertises régionales existent mais sont difficilement transférables à l'ensemble de la communauté scientifique et aux praticiens s'intéressant à la protection des cultures.

Depuis plusieurs décennies, les Services Régionaux de la Protection des Végétaux (SRPV) produisent des avertissements agricoles afin de tenir informés les agriculteurs et leurs conseillers des pressions biotiques régionales subies par différentes productions (grandes cultures, arboriculture, viticulture, cultures légumières). Il existe, à la Bibliothèque Nationale, des archives de ces précieuses données, mais elles nécessitent d’être mises en forme afin de pouvoir être exploitées. Par ailleurs, les SRPV rédigent, chaque année, des bilans de campagne à l’échelle nationale permettant de faire la synthèse des évènements qui ont marqué les cycles culturaux de différentes espèces.

Le système des avertissements agricoles ayant disparu récemment, il est donc urgent de capturer les expertises et les mémoires encore présentes dans les SRPV, ce que la constitution d’une telle base de données permettrait de réaliser (au travers de l’enregistrement de méta-données). De plus, la mise en place des bulletins de santé du végétal (BSV) et des bases de données associées (vigiculture, …) est l’occasion de réfléchir à la structuration de ces données dans le but d’assurer la constitution de séries de données les plus homogènes possibles permettant le suivi de l’évolution des pressions biotiques sur le long-terme. Ces données permettront aussi de mieux cerner les changements climatiques à travers le suivi de la répartition et de l’activité des bioagresseurs.

Le projet a également étudié la possibilité de mettre en regard la caractérisation des pressions biotiques avec les pratiques agricoles et les états du peuplement végétal correspondants. La principale originalité de ce projet vise a donc visé à valoriser différemment des données qui ont été (ou seront) acquises dans un but décisionnel à court-terme. Dans un certain nombre de cas, ces études permettraient de préciser le plan d’acquisition des données de surveillance du territoire afin que celles-ci soient plus pertinentes.

Outre l’aspect patrimonial de la récupération des données historiques des SRPV, ce projet multi-partenarial (INRA, ARVALIS, ITB, DRAF-SRPV) a permis, par un travail en commun, de mettre en phase plusieurs systèmes de recueil de données sur les pressions biotiques (Avertissements Agricoles, BSV, données des instituts) et d’aboutir à une formalisation commune des données.

Voir aussi

Télécharger le rapport final